lundi 15 septembre 2014

La Parisienne²

C'est ma première année! 

Oui! C'est la première fois que je cours La Parisienne. 
Pour cette 18e édition, la course pour la recherche contre le cancer du sein avait pour thème la Californie. Sur les 30 000 participantes, j'ai eu l'occasion de croiser des troupeaux entiers de Pamela Anderson gonflées à bloc et autres sauveteuses en bikini. J'ai même esquivé quelques palmiers courant à 5 ou 6 km/h sur le circuit :D







Les départs dans l'unique sas ont lieu toutes les 7 minutes. Voilà la 9e vague : la notre. Waude et Lalo s'élancent en petites foulées tandis qu'Anne-G fonce comme un boulet de canon. Elle court pour la perf. 

J'accompagne les filles. La perf, ce sera pour la Paris-Centre organisée par Nike en octobre.
Je les motive pendant que l'on slalome entre les marcheuses. On râle après l'orchestre qui fait une pause, pile au moment de notre passage. Amusé, un violoniste nous crie de repasser un peu plus tard...


Au détour des tambours japonais, des cornemuses et du gigantesque poussin vert (WTF?) nous arrivons au 6e kilomètre. Plus que 700m avant l'arrivée.
Comme une gamine en voiture qui demande sans arrête si l'on arrive bientôt, je tanne les filles pour que l'on commence à sprinter. Elles ont l'air d'être au bord de l'implosion, les pauvres. Je ne sais pas si c'est dû à la course ou à mon insistance de sale gosse ah ah.

Finalement je pars en trombe en levant les genoux (comme me le répète ma coach de basket presque à chaque entrainement) et les endorphines m'inondent, tout comme la sueur d'ailleurs!

Arrivées!

Et puis, finalement je me dis que je ne suis pas fatiguée et que je me referais bien une petite course. Mais oui, après tout!

Bim! Je remonte le champs de mars jusqu'aux Starting blocks. Je choppe le dernier départ. Je remonte la course en me prenant quelques coudes.
13,4km ...c'est à dire que mon maximum jusqu'ici c'est 10km.
J'ai peut être vu trop grand finalement. Enfin je cours toujours. Mon genoux commence à me faire souffrir. Je pose le pied à plat à chaque pas pour soulager la douleur. Ça fonctionne.

Je repasse devant l'orchestre. Cette fois il joue :)
Les 2 derniers km sont tellement douloureux... Je relâche le ventre. Je détends mes bras.
Je fais la conne devant les photographes plantés au milieu du circuit sur les 200 derniers mètres.

Arrivée!! Deux fois! Je l'ai fait 2 fois. Quelle folle AH AH
Mon temps est pourri mais je m'en fous!






Le chemin vers le métro doit bien faire autant de kilomètres que la course. Du moins c'est l'impression que j'ai ;)
Ce soir, je me fais couler un bain aux aspirines effervescentes. Idéal contre les courbatures.

L'année prochaine, on a déjà une petite idée du déguisement qu'on enfilera! Le thème c'est les pays celtes. On courra en jupe écossaise :)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire