jeudi 2 juillet 2015

En cas d'absence




Le ciel s'est éclairci et les arbres étirent à nouveau leurs ombres sur les routes de Marne la Vallée.
Le bruit de mes pas résonne sur le bitume dans un écho. Une autre foulée, tout près.

Je ne cours plus seule.
Les endorphines n'ont jamais été aussi puissantes.

Je me suis absenté, le temps d'accorder mon rythme de course.
Le temps d'accorder mon rythme de vie.

Je reviens très vite.
Passez de bonne vacances 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire